Halo 4 : Test [Campagne]

Blog de n64ever2 :Les chroniques du Never, Halo 4 : Test [Campagne]

 Cortana réveille le Master Chief, et c'est toute la communauté qui se rassemble, formant elle-même un Halo autour du phénomène. Et tel un cercle se mettant en mouvement, la machine  marquée du numéro 117 repart comme un sous neuf.

 

Wake up, Néo...euh, John !

 

 On reprend le contrôle de John instinctivement, comme si ces quatre années d'hypersommeil n'avaient en réalité durer que quelques secondes depuis l'activation du dernier Halo. Mais c'est bien Cortana qui va nous ramener à la dure réalité.

 A défaut d'horloge biologique, notre IA nous annonce que sa date de péremption a déjà expirée, et qu'elle entre peu à peu dans un état de frénésie. Signe d'une décadence imminente, le Major devra également composer avec les habitants de Requiem, le monde-bouclier sur lequel il s'est échoué.

 Les vestiges de civilisations Forerunner seront le théâtre de combats épiques, qui opposeront le Spartan 117 aux dangereux Prométhéens. Sans oublier les Covenants, qui viendront semer la zizanie sur les champs de batailles.

 Le scénario se veut donc fidèle aux livres de l'univers, et mettra en exergue la relation John/Cortana. Et ce pendant les huit missions du jeu. Bien entendu, pour profiter pleinement de cette aventure, il vous faudra lancer en héroïque solo, voire en légendaire si vous vous sentez l'âme d'un vrai Spartan.

 Bref, ces retrouvailles avec l'univers de la saga s'avèrent d'autant plus jouissive qu'elle s'accompagne d'un nouveau compositeur talentueux. Dans un registre différent de celui de Marty O 'Donnell, Neil Davidge réussit un tour de force en attribuant une nouvelle atmosphère marquante sans heurter les oreilles des puristes. D'autant plus que sa touche personnelle s'accorde parfaitement avec le style du premier opus de cette nouvelle trilogie.

 

La renaissance ou le statu-quo ?

 

 N'allez pas croire pour autant que ce premier bébé de 343 Industries est irréprochable. Car si l'on gratte un peu la surface rutilante du moteur graphique et que l'on s'aventure en dehors des zones de combats, on y trouve parfois quelques bugs de textures.

 Mais ce n'est rien en comparaison d'une I.A. ennemie capricieuse par moment. Entre les banshees qui se bloquent contre le décor, et des Covenants qui sautent à l'infini devant un mur, c'est à se demander si le mal qui ronge Cortana ne s'est pas étendu aux rangs ennemis.

 La mécanique du soft est bien huilée, mais n'innove pas assez dans le Gameplay. Alors  oui, on appréciera de conduire des véhicules et botter les fesses des Grognards. Cependant, nous aurions davantage aimer plus de séquences rafraîchissantes, à l'instar du fameux passage qui ravira les fans de Star Wars.

 Et que dire de la séquence de fin, que l'on balaie d'un revers de QTE. Heureusement que le concept éculé de ce type de séquences ne se retrouve pas disséminé dans le jeu. Le cas échéant, nous nous serions cru chez la concurrence.

 En conclusion, c'est un premier pas plutôt encourageant pour 343, qui conserve les qualités de leur prédécesseur en la matière. En espérant que le cinquième volet, prévu sur la prochaine génération, soit l'occasion de faire peau neuve en évitant de rester sur ses acquis.

343 industries, campagne, halo 4, test

mardi 27 novembre 2012 23:07 , dans For Gamers Only



1 Fan

1 commentaire(s)

  • primehunt64 mar. 11 déc. 2012 12:16
    Il me branche bien ce Halo 4, mais n'ayant pas la 360 je me suis arrêté au 2 qui m'a laissé de sacrés souvenirs. En solo, vu que le online pour ce vieux volet est HS maintenant.


Votre commentaire :

(facultatif)

(facultatif)

error

Attention, les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits sur ce site.Si une personne porte plainte, nous utiliserons votre adresse internet (54.163.72.86) pour vous identifier.     



fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à n64ever2

Vous devez être connecté pour ajouter n64ever2 à vos amis

 
Créer un blog